Nombre total de pages vues

samedi 18 décembre 2010

PATRICIA CORNWELL : " SCARPETTA "

C'est l'hiver la neige recouvre la pelouse, elle garnit les arbres dénudés d'une poudre immaculée...Temps idéal pour lire un thriller bien au chaud...?
Tous les personnages récurrents sont de retour : Kay, Benton son mari et oui elle s'est mariée, Lucy sa nièce adorée mais rebelle, Marino...
Je ne fais pas de résumé :  il y aura des meurtres, Kay devra une fois de plus affronter l'incarnation du mal.
Elle devra affronter Marino qu'elle n'avait plus revu depuis l'agression. Tous les ingrédients habituels pour un excellent thriller.
Livre de poche Thriller n°31720.

HISTOIRE D'UN COMING-OUT :




Alors qu’elle avait toujours refusé d’aborder sa vie privée lors des interviews, elle change d’avis le 11 Novembre 2007 et « The Daily Telegraph » publie un long article sur son passé, son homosexualité et son mariage.



Elle déclare s’être sentie différente dès le collège lorsque les garçons l’invitaient à sortir mais qu’elle ne voyait pas les choses de la même manière. Ce n’est qu’après son divorce qu’elle aurait vécu une amitié très forte avec une femme qui lui aurait fait prendre conscience de son homosexualité. Pourtant, refusant de le reconnaître, elle serait ensuite sortie avec de nombreux hommes, persuadée qu’elle n’avait simplement pas trouvé le bon.



En 1997, l’agent du FBI Eugene Bennett révèle la relation amoureuse de son épouse et de Patricia Cornwell. Sa femme est retrouvée morte assassinée peu de temps après. Eugene Bennett sera condamné à 23 ans de prison pour complicité d’enlèvement et meurtre.



En 2007, Patricia Cornwell dédicace son dernier roman, Registres des Morts au Docteur Staci Gruber, Assistante Professeur en Psychiatrie, Diplômée de la Faculté de Médecine de Harvard et Directrice Associée du Laboratoire de Neuro-Imagerie Cognitive au McLean Hospital. Elle reconnaît qu’elle partage avec cette femme plus qu’une relation professionnelle puisqu’elle l’a épousé en 2005.



Et lorsque la journaliste Cassandra Jardine lui demande quelle différence ce mariage a fait pour elle, Patricia Cornwell devient subitement plus bavarde : « Ca a fait une différence de deux manières. Comme Scarpetta, j’ai l’impression d’avoir finalement des racines quelque part. Je ressens un sens des responsabilités et une stabilité que je n’avais jamais eu avant. Je n’ai jamais vécu de relation à long terme depuis que j’ai divorcé en 1988 et c’est dur de vivre de cette manière. Être avec quelqu’un qui est intelligent et vous donne de bons conseils ajoute des éléments formidablement magnifiques à votre vie. […] Ce qui s’est passé c’est que je me rendais à Harvard pour des recherches en neuroscience et j’ai été dirigée pour rencontrer le Dr Gruber parce qu’elle est éminemment respectée. C’est cette généralité : vous rencontrez quelqu’un quand vous ne cherchez pas. Je n’ai jamais été une personne qui enfourche son cheval de bataille pour défendre les droits des gays mais maintenant je vis un mariage de personnes du même sexe et je tends à être plus ouverte parce que je suis outrée que ce fait puisse être illégal dans d’autres états. »